24 Feb 2024
Dark Light

Article

Le phare des baleines > Best > Comment se faire vomir ? Guide pour tout savoir
Comment se faire vomir ?

Comment se faire vomir ? Guide pour tout savoir

La pratique du vomissement volontaire n’est pas anodine. Vous pouvez vous faire vomir à titre exceptionnel si vous avez consommé un aliment avarié pour vous sentir mieux rapidement. Découvrez 7 méthodes qui permettent de vous faire vomir sans malmener votre œsophage. Cependant certaines personnes soucieuses de leur poids ou boulimiques ou anorexiques abusent du vomissement induit pour perdre du poids. Malheureusement, les adolescentes atteintes de troubles alimentaires risquent des complications médicales qui affectent tous les organes, en particulier le système rénal et électrolytique. D’autre part, après une consommation excessive d’alcool, vous pouvez être tenté de recourir à cette méthode. Certains buveurs réguliers qui ont pris l’habitude de se faire vomir risquent une œsophagite et un risque d’aspiration pulmonaire qui peut dégénérer en pneumonie voire en asphyxie mortelle.

Quelles sont les causes d’un vomissement ?

Le vomissement est un réflexe supervisé par le cerveau en direction des intestins. C’est-à-dire qu’il inverse leurs mouvements péristaltiques pour obliger le contenu de l’estomac à s’éjecter par la bouche. Ce processus est généralement le symptôme d’une pathologie sous-jacente. Une personne prise de vomissements excessifs risque de se déshydrater et de s’affaiblir. Sans traitement, elle risque de mourir. Les causes de vomissements sont les suivantes :

  • Infection. Le symptôme le plus courant de l’infection est le vomissement. Le corps se défend en éliminant les déchets qui surchargent l’organisme.
  • Gastro-entérite ou grippe intestinale. Les bactéries et les parasites favorisent une inflammation de la muqueuse de l’estomac. La maladie se contracte par l’intermédiaire d’une personne infectée ou en consommant de la nourriture ou de l’eau contaminée.
  • Intoxication alimentaire. L’organisme va s’employer à rejeter cette substance toxique en vomissant. L’ingestion d’aliments non hygiéniques ou l’excès de produits laitiers non maintenus dans un réfrigérateur peuvent déclencher cette toxi-infection. Des ustensiles de cuisine qui n’ont pas été correctement lavés peuvent être aussi être incriminés.
  • Grossesse. Certaines femmes enceintes sont concernées par les nausées matinales suivies de vomissements. Ce désagrément débute pendant le premier mois de grossesse et s’achèvent autour de la 14e voire 16e semaine. Mais les vomissements peuvent persister tout au long de la gestation. Ce sont les changements hormonaux rapides comme l’élévation des niveaux d’œstrogènes dans le corps qui causent ce type de vomissements.
  • Mal des transports. Ce problème fréquent touche principalement les enfants et les femmes enceintes. Le cerveau réceptionne des signaux incohérents des yeux, de l’oreille interne, des récepteurs sensoriels, qui entraînent des vomissements chez l’individu dans un véhicule en mouvement.
  • Indigestion.  Elle se caractérise par des sensations d’inconfort et de brûlures provoquées par une consommation rapide ou une suralimentation d’aliments riches en graisses ou épicés. L’indigestion représente l’une des causes les plus fréquentes de vomissements à tous les âges de la vie.
  • Médicaments. Les vomissements sont considérés comme des effets secondaires courants d’un bon nombre de médicaments. Les classes de médicaments concernés sont : les antidépresseurs, les antibiotiques, les traitements anticancéreux.
  • Stress et anxiété. Certains individus anxieux peuvent se mettre à vomir. Leur organisme fabrique plus d’adrénaline et de cortisol en réponse à la manifestation de combat ou de fuite. Cette réaction peut s’immiscer avec le tractus gastro-intestinal et occasionner nausées et vomissements.
  • Migraine. Les maux de tête sévères sont déclenchés par une activité cérébrale anormale elle-même consécutive à de nombreux facteurs. Ainsi le bruit intense, les lumières aveuglantes, les parfums, la fumée de cigarette, les produits laitiers, le glutamate, provoquent des crises migraineuses.
  • Intoxication alcoolique aiguë. Une personne qui a consommé trop d’alcool peut être atteinte de vomissements récurrents. Cette pathologie est potentiellement mortelle si elle n’est pas soignée à temps.
  • Maladies gastro-intestinales. Les calculs biliaires, la cholécystite aiguë, la cirrhose, les hépatites, la pancréatite,  et le syndrome du côlon irritable sont susceptibles de déclencher des vomissements sévères qui déshydratent les malades.

7 Techniques pour se faire vomir

Si vous êtes victime de nausées après avoir mangé un aliment suspect, il est préférable de se faire vomir plutôt que supporter ces malaises invalidants. Cependant, comment vomir sans douleur et sans abîmer son œsophage ? En effet l’action de vomir souvent peut endommager cet organe en raison des acides gastriques qui remontent et éroder l’émail des dents. De même, se forcer à vomir est un moyen dangereux de perdre du poids.

  1. Utilisez ses doigts. Après avoir tiré la langue, positionnez l’index et le majeur au fond de votre gorge afin d’atteindre la luette. Vous devez patienter quelques secondes avant d’arriver à vomir. Quand vous vous apprêtez à vomir, retirer vos doigts afin de ne pas obstruer votre gorge. Attention ! Si vous n’avez pas de réflexe nauséeux, cette technique ne vous fera pas vomir.
  2. Utiliser une brosse à dents. À la place de vos doigts, vous pouvez vous servir d’une brosse à dents et suivre la même procédure que précédemment. N’oubliez pas de mouiller les poils de votre brosse afin d’éviter de vous rayer le palais bucal. Ensuite, il s’agit de frotter la brosse à dents contre le fond de la gorge pour enclencher un haut-le-cœur. Quand l’opération est terminée, procédez au nettoyage de votre brosse à dents.
  3. Eau gazeuse non sucrée. Buvez d’un trait, 2 voire 3 verres d’eau gazeuse sans sucre ou mélangés dans de l’eau ordinaire. Cette boisson va déclencher des vomissements et aussi désintoxiquer votre corps. En revanche, cette pratique n’est pas à renouveler plus d’une fois par semaine. 
  4. Boire de l’eau salée. C’est un remède ancien qui a fait ses preuves. Comment vomir en ingérant cette solution de chlorure de sodium ? Cette technique est efficace si vous avez échoué après avoir placé vos doigts dans votre gorge. Néanmoins, prenez garde à la quantité d’eau salée que vous buvez, car une quantité excessive peut être néfaste à votre corps.
  5. Poudre de moutarde et eau chaude. Versez de la poudre de moutarde dans un verre d’eau chaude et mélangez l’ensemble. Après buvez-le d’une seule traite. C’est le goût et l’odeur piquants de cette boisson chaude qui donnent envie de vomir.  D’autre part la poudre de moutarde est réputée pour protéger le corps contre des infections mineures et des rhumes.
  6. Poudre de fenugrec et eau chaude. La poudre de fenugrec consommée en grande quantité est vomitive. Mais comment faire pour vomir ? Il faut ajouter de l’eau chaude à une grande quantité de fenugrec. Cette plante permet aussi de nettoyer son corps et de combattre beaucoup d’infections en la consommant en plus faible quantité dans un verre d’eau chaude le matin à jeun.
  7. Eau chaude et blanc d’œuf. Afin de savoir comment vomir, mélangez des blancs d’œufs avec de l’eau chaude. Vous avez le choix entre boire ou vous gargariser avec cette préparation qui provoque des vomissements.

Comment se faire vomir si on a la gueule de bois ?

Se faire vomir quand on a la gueule de bois diffère de la réaction naturelle du corps qui tente d’éliminer les toxines en les éjectant par la bouche. Cependant se faire vomir après avoir bu trop d’alcool n’est pas une solution qui convient à tout le monde. Si vous avez des problèmes de santé préexistants, parlez-en à votre médecin traitant, car les vomissements auto-induits à répétition ne sont pas sans risques. D’autre part, la consommation régulière et/ou fréquente d’alcool expose l’œsophage à l’acide gastrique. Une œsophagite (inflammation de l’œsophage) peut dégénérer vers une œsophagite chronique et augmenter le risque de développer un cancer de cet organe. Un risque d’aspiration pulmonaire ou l’arrivée d’aliments partiellement digérés dans le système respiratoire est possible. Les conséquences entraînent une pneumonie ou pire une asphyxie mortelle.

Se faire vomir peut-il être dangereux ?

Se faire vomir peut favoriser certaines complications comme des irritations au fond de votre gorge. Les gastro-entérologues expliquent que lorsque l’on vomit, des inflammations de l’œsophage sont provoquées à cause de l’acide gastrique qui remonte. Ces vomissements auto-induits exercent une pression supplémentaire sur votre œsophage par rapport à des vomissements naturels. D’ailleurs des vomissements fréquents peuvent déchirer votre œsophage et déclencher un syndrome de Mallory-Weiss ou hémorragie digestive qui vous fait vomir du sang.

 Qu’est-ce que la peur de vomir ?

L’émétophobie ou la peur de vomir est une pathologie spécifique qui consiste à éprouver une peur persistante, intense, voire irrationnelle, d’un objet ou d’une situation. La personne émétophobe confrontée à cette peur des vomissements va adopter des comportements d’évitement liés aux situations de vomissements. La peur de vomir résulte souvent d’une expérience négative de vomissements. C’est le cas, si vous avez en mémoire d’avoir vomi en public ou si cela s’est produit à des endroits ou dans des moments gênants. Par exemple dans un magasin à une heure d’affluence. Cette peur peut aussi s’initier après avoir passé la nuit à affronter des vomissements incontrôlables. Certains experts décrètent que l’émétophobie  est consécutive à un manque de contrôle. Il est possible de contrôler son environnement alors qu’il est impossible de s’empêcher de vomir. Le sentiment de ne pas pouvoir endiguer ce processus biologique peut conduire à l’émétophobie.

Risque chez les jeunes

Le vomissement volontaire peut être lié à une maladie compulsive en rapport avec l’alimentation (boulimie et anorexie). Comment vomir peut-il devenir une pratique courante chez certaines adolescentes dans le but de s’empêcher de grossir ou de vouloir maigrir ? Dans l’imaginaire collectif, l’alimentation est porteuse de calories qui conduisent à la prise de poids. De plus l’anorexie ou la boulimie incitent à se faire vomir pour se sentir mieux dans sa peau.  En outre, ces troubles alimentaires peuvent mener au décès. Ces vomissements deviennent des purges compensatoires conduisant à l’abus de diurétiques, de laxatifs. Les adolescentes atteintes de boulimie risquent des complications médicales qui touchent tous les organes, en particulier le système rénal et électrolytique. Une déshydratation chronique peut conduire à un syndrome de pseudo-Bartter qui entraîne un risque d’anomalies électrolytiques comme l’hypokaliémie et l’apparition d’œdemes rapides et importants lorsque le cycle des vomissements est interrompu. L’hypokaliémie non soignée est visible sur les électrocardiogrammes et se présente sous la forme d’arythmies comme les torsades en pointe.

Risque chez les adultes

La déshydratation est le risque principal du vomissement volontaire. Ses conséquences sont délétères comme :

  • des ulcères de l’estomac,
  • la perforation de l’œsophage,
  • des problèmes rénaux,
  • des problèmes cardiovasculaires,
  • des soucis de thyroïde,
  • une érosion de l’émail dentaire provoqué par l’acide gastrique,
  • des troubles musculo-squelettiques,
  • des saignements de nez, des gencives et des yeux rouges,
  • des lésions de l’œsophage et de la gorge,
  • des éraflures et des callosités sur les doigts et les articulations,
  • un déséquilibre électrolytique (perte de potassium, de sodium et de chlorure) qui provoquent arrêt cardiaque, épilepsie, décès,
  • des complications gastro-intestinales (gastroparésie, ballonnements, douleurs),
  • des saignements rectaux par augmentation de la pression intra-abdominale,
  • une augmentation des glandes salivaires (visage et mâchoire bouffis)
  • des hémorragies sous-conjectivales,
  • une ruptures des vaisseaux capillaires,
  • des rougeurs autour de la bouche,
  • des éruptions de taches violettes sur la peau par l’augmentation de la pression intravasculaire.

Que signifie la couleur de mon vomi ?

Beaucoup des couleurs de vomi sont normales et résultent de la consommation alimentaire et des boissons. Un vomi normal est d’apparence claire, orangé ou gris foncé. Les couleurs de vomi qui sont préoccupantes sont rouges, marron ou noires comme du marc de café. C’est-à-dire que les nuances de rouges et de noir indiquent une suspicion de saignements provenant d’un ulcère ou d’une autre pathologie du tractus gastro-intestinal. Le vomi vert et jaune est considéré comme non pathologique, mais signale parfois des problèmes de foie et de vésicule biliaire.  De plus, des vomissements fréquents ou continus, quelle que soit la couleur nécessitent de consulter d’urgence un médecin à cause des  graves conséquences de la déshydratation de l’organisme.  Les vomissements ne se produisant pas tout seuls, vous devez observer vos symptômes pour comprendre la situation.

Vomir va-t-il m’aider à perdre du poids ?

Cette pratique peut conduire à des résultats opposés à ceux que vous attendez. En effet, vous pouvez vous délester d’un certain poids après avoir vomi, mais votre corps a perdu des fluides comme les électrolytes qui incluent des minéraux et des sels. En conséquence, vous allez perdre beaucoup d’eau en vomissant et induire une grave déshydratation. Un faible taux de potassium associé à un déséquilibre électrolytique représente deux complications graves pouvant conduire au décès. De plus, des vomissements fréquents et prolongés entraînent des risques graves. Cette perte de poids soudaine que vous avez initiée par le vomissement volontaire peut être suivie d’effets secondaires à long terme que vous ignorez pour l’instant. En vomissant, vous éliminez 50 % des calories consommées mais les conséquences sur votre santé peuvent être catastrophiques en cas de pratique fréquente et irraisonnée.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 44 = 49