24 Feb 2024
Dark Light

Article

Le phare des baleines > Santé > Les remèdes de grand mère pour faire baisser le fer dans votre organisme
remède de grand mère pour faire baisser le fer

Les remèdes de grand mère pour faire baisser le fer dans votre organisme

Savez-vous qu’un taux de fer excessif est néfaste pour votre santé ? À l’heure actuelle l’hémochromatose concerne 1 Français sur 300. C’est-à-dire environ 200 000 patients sur l’hexagone.  L’anémie est facile à diagnostiquer, mais une hyperferritinémie est plus pernicieuse, voire asymptomatique. Elle malmène certains organes vitaux comme le cœur et le foie.  Comme deux types d’hémochromatoses coexistent, il est important d’en connaître l’origine grâce à une détection de la protéine dénommée « ferritine » ou un test génétique. Votre médecin traitant mesure ainsi le coefficient de saturation de la transferrine. Une détection et un protocole de soins précoces permettent d’éviter, de freiner et de réparer les organes endommagés par la maladie. La pratique de la saignée à vie reste le traitement principal. Néanmoins des remèdes de grand mère naturels associé à alimentation saine qui exclut l’hémoglobine des viandes rouges permettent d’éliminer la surabondance de fer dans les cellules.

Pourquoi avoir trop de fer dans l’organisme n’est-il pas bon ?

Si votre organisme stocke trop de fer, il y a fort à parier que vous souffrez d’une maladie dénommée hémochromatose.  Celle-ci souvent d’origine génétique peut provoquer de gros soucis de santé, principalement au cœur, au foie et au pancréas. Cette anomalie génétique envoie un message paradoxal d’insuffisance de fer à l’organisme. Celui-ci réagit en augmentant son absorption digestive. Le corps n’étant pas armé pour chasser le fer en excès, une surcharge se développe au fil du temps. En général les signes avant-coureurs de l’excès de fer se remarquent peu, ou sont asymptomatiques. Il est impossible de prévenir cette affection. Cependant un dépistage et un traitement précoces permettent d’éviter, de freiner ou de réparer les dommages causés aux organes. L’hémochromatose se révèle bénigne si elle est diagnostiquée entre 20 et 30 ans. Les formes graves, voire mortelles, touchent des personnes âgées de 50 et 60 ans.

 La Ferritine élevée en cause

La ferritine est une protéine sécrétée par le foie. Celle-ci contient environ 20% du volume total de fer détenu dans le sang. Le reste du fer se répartit en quantité égale entre la moelle osseuse, les globules rouges et le plasma. Le rôle essentiel de cette protéine est de stocker le fer dans les cellules de l’organisme. Le niveau de stockage de la ferritine permet d’évaluer les réserves de fer dont dispose le corps. Son contrôle permet de détecter les possibles anomalies dans le sang. On emploie le terme « hyperferritinémie » quand le taux de cette macromolécule s’élève de façon anormale.

Le fer constitue un minéral présent dans plusieurs aliments. Votre organisme a besoin du fer pour :

  • Aider l’hémoglobine à transporter l’oxygène dans l’ensemble du corps.
  • Constituer les globules rouges.
  • Fabriquer certaines hormones.

Logiquement, vos intestins absorbent la quantité nécessaire de fer des aliments que vous ingérez lors des repas. Néanmoins si vous êtes atteint d’hémochromatose, votre corps assimile en excès le fer puis le stocke dans certains organes comme le cœur, le foie, le pancréas, la peau.

Les deux types d’hémochromatose

Il existe deux formes d’hémochromatose, dont chacune, à des causes différentes. Une modification héréditaire constitue le premier cas. Elle est aussi appelée hémochromatose primaire, héréditaire ou classique. C’est-à-dire que ces problèmes touchent l’ADN et proviennent des deux parents.

En revanche, l’hémochromatose secondaire est provoquée par des traitements médicaux ou d’autres techniques médicales qui déclenchent la surcharge en fer. Par exemple :

  • Transfusions sanguines.
  • Pilules ou infections de fer.
  • Dialyse rénale réalisée sur une longue période.
  • Affection du foie telles l’hépatite C ou la stéatose hépatique.
  • Médicaments contre l’anémie (faible quantité de globules rouges).

Les personnes ciblées par l’hémochromatose héréditaire

Les hommes âgées plus sont plus susceptible d’être atteint.

Les populations européennes sont plus touchées que celles d’origine afro-américaine, asiatique, amérindienne ou hispanique. De plus, les hommes sont plus concernés que les femmes. En effet, celles-ci éliminent le fer pendant leurs règles ou lors de l’accouchement. L’hémochromatose frappe aussi  les personnes âgées, car la toxicité ferreuse prend des années à se développer.

Antécédents familiaux et abus d’alcool

D’autres facteurs d’origine familiale favorisent l’apparition d’une hémochromatose comme :

  • Une arthrite.
  • Une crise cardiaque.
  • Un diabète.
  • Une dysérection.
  • Une maladie du foie.

L’abus d’alcool peut également provoquer une toxicité ferreuse.

Les symptômes d’un excès de fer

Comme une surcharge en fer est toxique pour votre santé, certains symptômes doivent vous alerter :

  • Arythmie cardiaque.
  • Insuffisance cardiaque.
  • Foie hypertrophié qui évoque une cirrhose.
  • Cancer du foie.
  • Insuffisance hépatique.
  •  Douleurs articulaires des 2e et 3e métacarpophalangiennes.
  • Un teint bronzé sans exposition au soleil.
  • Diabète.
  • Affections de la rate, de l’hypophyse, des glandes surrénales, de la vésicule biliaire, de la thyroïde.
  • Défaillance du système reproducteur comme une dysfonction érectile chez l’homme et une ménopause précoce avant 45 ans chez la femme.

Le diagnostic de l’hyperferritinémie

Des analyses sanguines effectuées en laboratoire permettent de connaître les causes consécutives à l’hyperferritinémie chez une personne. Cette détection permet de quantifier la surcharge en fer dans le foie et de confirmer la forme génétique de la pathologie. Le signe le plus évocateur de l’ hyperferritinémie est l’augmentation du coefficient de saturation de la transferrine. De plus, une augmentation supérieure à 45% du coefficient réclame un nouveau dosage sanguin.

En clair, si le coefficient est constamment au-dessus de ce taux, le médecin va demander un test génétique. La sécurité sociale rembourse ce test qui confirme si la mutation est unique ou double. Lors d’un dépistage familial, les membres de la famille sont classés en sujets normaux (aucune mutation C282Y), hétérozygotes (une seule mutation) ou homozygotes (deux mutations).

Une autre forme d’hémochromatose héréditaire dénommée hémochromatose type 4, est caractérisée par une surcharge des tissus en fer d’origine génétique. Également appelé : hémochromatose héréditaire autosomique dominante ou hémochromatose par défaut en ferroportine ou maladie ferroportine. Elle peut apparaître à tout âge et concerne 1 /1000 000 d’individus. La forme A est d’habitude asymptomatique sans dégradation tissulaire et sans complications. Par contre,  la forme B favorise une atteinte hépatique qui peut se développer avec l’âge et dégénérer en fibrose.

La saignée pour traiter l’hémochromatose

La pratique ancestrale de la saignée permet d’évacuer la surabondance de fer de l’organisme. Le volume de sang enlevé est de l’ordre de 400 à 500 ml de sang par semaine. Une fois que la surcharge de fer disparaît, les saignées sont espacées de 2 à 4 mois. Ce traitement s’effectue à vie. Actuellement il existe quelques médicaments chélateurs, mais ils ne sont employés qu’à titre exceptionnel dans cette pathologie. Les saignées restent d’usage, car efficaces et bien tolérées.  

Certains travaux démontrent néanmoins que les saignées répétées peuvent induire une absorption ou une forte mobilisation de métaux toxiques comme le plomb, le mercure ou le cadmium dans l’organisme.  Pour l’instant, il est impossible de savoir si cet effet est consécutif à une absorption accrue de ses polluants environnementaux ou à leur redistribution dans le corps. D’autres recherches médicales tentent de supplémenter l’organisme en hepcidine de façon à corriger l’absorption excessive du fer par l’organisme.

Les remèdes de grand-mère pour faire baisser le fer :

Compléments alimentaires

Le calcium et le soja ont la propriété de réduire l’absorption du fer. De même le curcuma contient un antioxydant de la curcumine qui favorise la chélation (élimination) du fer. Des études récentes prouvent que les cellules traitées avec la curcumine concentrent moins de fer. Du fait que la curcumine est lipophile (soluble dans l’eau)  elle traverse facilement les membranes pour chélater davantage d’ions métalliques au niveau intracellulaire. La curcumine représente un traitement naturel pour le contrôle des dommages hépatiques consécutifs à une surcharge en fer intracellulaireAttention ! La curcumine élimine le fer dans les cellules, mais ne bloque pas l’absorption du fer.

Consommation de produits laitiers

Le calcium est connu pour diminuer l’assimilation du fer. La consommation de produits laitiers est à privilégier dans les repas pour réduire la ferritine.

Changer d’alimentation

Les bons aliments 

Les aliments concourent au bon fonctionnement de l’organisme. Cependant tous ne possèdent pas les mêmes propriétés. En effet, certains aident à diminuer la ferritine alors que d’autres favorisent son excès. Les aliments sont classés en deux familles contenant :

  • Un fer non héminique issu des céréales, des plantes ou des végétaux. Votre organisme l’assimile facilement et ce type de fer occasionne peu de troubles.
  • Un fer héminique provenant de l’hémoglobine des viandes. Votre corps l’assimile avec difficulté.

Par conséquent, consommez des aliments riches en fer non héminique comme :

  • Les légumineuses (pois, haricots, lentilles).
  • Les noix (riches en oméga 3) ainsi que pistaches, noisettes et noix de cajou.
  • Les œufs.
  • Les graines germées.
  • Le soja, et le tofu fermenté.
  • Les légumes (navets, betteraves, haricots verts, épinards,etc.)
  • L’ortie, le pissenlit, la bardane.
  • Les plantes riches en tanins naturels (aubépine, pin).
  • Les fruits rouges, les fruits secs comme les dattes et les figues

Les aliments à éviter 

Dans le but d’éviter l’élévation de ferritine, il faut s’abstenir de consommer :

  • La charcuterie.
  • La viande rouge, les abats comme le foie de veau.
  • Les graisses saturées.
  • Les plats préparés ou surgelés industriels.
  • Les pâtisseries, les viennoiseries.
  • Les poissons à chair grasse (sardines, thon, harengs, maquereau, etc.)
  • Les fruits de mer crus (huîtres).
  • Vitamine C.
  • Zinc (décuple l’absorption du fer).

En revanche, évitez d’utiliser des ustensiles de cuisine en acier ou en fonte qui élèvent la concentration de fer dans le sang.

Consommer du thé ou café

Thé remède de grand mère pour faire baisser le fer
Le thé comme remède de grand mère

Le café ainsi que le thé vert facilitent la chélation du fer par le système intestinal. Sa consommation quotidienne est recommandée. Cependant, éviter les fortes doses qui causent des troubles du sommeil et/ou de l’hypertension.

Faire du sport

L’activité physique est bénéfique pour la santé. Si le sport n’est pas votre exercice préféré, vous pouvez pratiquer la marche à pied ou la marche nordique et privilégier l’escalier à l’ascenseur. De même, inscrivez-vous à des cours de yoga ou de méditation pour chasser le stress et l’anxiété qui nuisent à votre vitalité.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

58 − 52 =